Altaïr – Tome 3

altair-3-glenat

Auteur: Kotono Kato
Première publication au Japon: 2008
Parution française: 2014
Nombres de tome: (en cours) 15 en VO et 3 en VF
Éditeur japonais: Kodansha
Éditeur français: Glénat

Sysnopsis

Mahmud Pacha est le plus jeune général de l’histoire de la Türkiye. Ce jeune fauconnier du clan Tugrul s’est illustré durant ses études militaires jusqu’à se hisser à la plus haute place. Le massacre de son clan dans son enfance par les soldats de l’empire baltrhain, est à l’origine de son pacifisme tout autant que sa méfiance envers l’empire, cependant malgré ses aptitudes notament en stratégie, il manque cruellement d’expérience. C’est sa naïveté qui va l’amener à mettre en danger son pays et perdre ainsi son titre. Il décide donc suite à cela de parcourir mers et pays et espérer un jour être utile a son pays devant la menace de l’empire Baltrhain, menaçant et belliqueux. Au cours de ses pérégrinations, il va rencontrer Süleyman du clan Tugrul (tome 2). Celui-ci va le mettre sur la voie des espions.
Dans ce tome trois, Mahmud se retrouve en Phoenicia, plaque tournante maritime du continent, sur le point d’être envahie par l’empire Baltrhain. Pour protéger la Türkiye, il doit tout faire pour que Phoenicia ne tombe pas.

Avis

Altaïr est un manga d’inspiration clairement orientaliste. Si cela vous laisse de marbre, voire vous rebute, passez votre chemin. Tout, du caleçon du héros au nom des rues se revendique d’une consonnance mediterranéenne ou orientale.
Côté dessin, cela donne de remarquables décors, vivants et très detaillés ainsi que des costumes à vous couper le souffle. En témoignent les couvertures des trois premiers tomes à la fois simples dans leur composition et raffinées dans leur minutie. Le chara design est très féminin – un peu trop peut-être – avec des visages fins et anguleux, beaucoup de cheveux longs et voltigeants, et de grands yeux en amande.
Un léger reproche quant à la surenchère de trames, aplats et visuels pleine page, léger toutefois puisque le rendu final est assez apréciable.
Côté scénario, si vous n’êtes pas découragés par la complexité des noms et des intrigues politiques en jeu, vous serez passionné par ce manga qui allie remarquablement le parcours d’un héros en quête de justice et de reconnaissance à une trame plus adulte, celle de la géopolitique illustrée en manga.
Car, en dehors de Louis, le premier ministre du Baltrhain, aucun des protagonistes ne semble être ni bon ni mauvais. Chacun semble déterminer à sauver son propre pays, son propre peuple parfois au détriment de ses voisins. Et c’est le dur apprentissage que va faire le jeune mahmud dans ce troisième opus.
Nous retrouvons aussi les mercenaires de Ellvaldesberg et leur duchesse-guerrières, alliés à l’empire par nécessité mais aussi de nouveaux personnages, espions et politiciens qui vont tenter de lutter à leur manière contre la menace balthrain. Et comme toujours notre héros se retrouve balloté au milieu de ces eaux troubles entre son devoir et ses convictions.

En résumé, s’il est difficile de rentrer dans cette histoire, à cause de la complexité de son intrigue, l’effort vaut clairement le coup, tant on se laisse porter par la grande tragédie de peuples en guerre pour l’ambition des quelques hommes Et celle, non moins grande, d’un homme qui se voit impuissant à préserver la paix.
J’attendrai avec impatience le tome suivant. Mahmud s’y vera confronté à un peuple marchand. Comment l’argent lutte-t-il contre la menace d’une guerre ? Affaire à suivre…

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>