Seven Deadly Sins – Tome 1

seven-deadly-sins-1-pika

Auteur: nakaba suzuki
Titre original: nanatsu no taizai
Année de publication au Japon: 2013
Année de sortie en France: 2014
Nombre de tomes: (en cours) 7 en VF et 12 en VO
Editeur japonais: Kodansha
Editeur français: Pika Editions

Synopsis

Une jeune fille, Élisabeth, parcourt le royaume de Britannia à la recherche des légendaires seven deadly sin qui disparurent brutalement il y a dix ans, accusés d’avoir voulu prendre le pouvoir.
Elle rencontre Meliodas (le chef des fameux mercenaires) qui va l’aider à lutter contre les chevaliers sacrés, qui ont pris la tête du royaume avec des intentions belliqueuses, oppriment le peuple et semblent être a l’origine de la disparition des seven deadly sins et du mystère qui l’entoure.
Meliodas et Élisabeth, accompagnés d’un cochon qui parle nommé Hawk, vont donc tenter de réunir les six autres mercenaires tout en affrontant leurs ennemis dans une aventure mêlant magie et chevalerie.

Avis

Abordons tout d’abord le dessin. Nakaba Suzuki fait montre d’un trait précis et fin. Le dessin est riche et détaillé avec un ressenti très réaliste. Fait assez marquant, on ne trouve aucune utilisation de trame et peu d’applats de noir ou de gris. Tous les effets sont dus à la plume.
Les scènes d’action enchaînent différents plans pour donner mouvement et dynamisme tout en conservant une grande clarté,  ce qui rend ce manga très agréable et fluide à lire.
Côté chara design, cependant, rien de très innovant tout en restant efficace. Les traits des héros sont avenants avec des rondeurs, de grands yeux et des expressions franches, très lisibles. Les personnages secondaires semblent plus frustres, dans un trait encore plus réaliste, se fondant dans le décor. Le premier vrai rival annoncé est à la fois séduisant et inquiétant, ce qui est attendu, mais à l’instar des héros semble manquer d’épaisseur.
Cependant cette déception au niveau des personnages ne peut être imputée à la qualité du dessin, indéniable. Penchons nous donc sur le scénario.

Dès les premières pages, le cadre est posé. Nous avons affaire à une histoire d’heroic fantasy médiévale assaisonnée de nombreuses références classiques (les sept péchés capitaux, l’épée brisée, excalibur… Etc) sans grand parti pris.
Le héros, plus vieux qu’il n’y paraît – là un peu d’originalité -, a priori insouciant et désinvolte qui se révèle aussi généreux et très puissant. Bref un héros de shonen comme on les aime. Il est aussi très pervers. Ressort comique qui m’a fréquemment agacée face à tant de lourdeur.
Le declencheur de l’histoire se trouve être la princesse du royaume en quête désespérée d’aide pour sauver son père et tous les habitants de Britannia des méfaits perpétrés par les chevaliers sacrés. Elle est bien sûr, jolie, maladroite, pleurnicharde et un peu soumise bien que courageuse et déterminée. On se doute qu’elle fournira sans problème de nombreux ressorts scénaristiques pour plonger nos héros dans l’aventure. J’espère toutefois qu’elle évoluera à fil des tomes vers un rôle plus actif et moins potiche mignonne mais impotente.

Ce premier tome nous offre malgré tout de quoi nous mettre en appétit malgré une apparente banalité. En effet, en plus de la dichotomie qui concerne les seven deadly sins – criminels ou héros ,  l’auteur nous lance un certain nombre d’énigmes intrigante en plus du fil conducteur (le sauvetage du royaume). Ainsi qu’est il réellement arrivé à Meliodas et ses compagnons ? Pourquoi cette amnésie ? Pourquoi n’a-t-il pas vielli ? Quels crimes ont-ils commis ? Quel est le but réel des chevaliers sacrés ? Toutes ces questions nous poussent finalement à lire les tomes suivants.
En résumé, nul doute que les amateurs de shonen trouveront leur compte dans cette nouvelle série qui respecte les codes du genre tout en offrant aux amateurs de beau dessin de quoi les satisfaire. Il m’a toutefois manqué le petit frisson à la lecture de ce premier tome, ce petit plus qui pourrait en faire un hit original et démentiel.
Des sentiments mitigés donc pour cet opus, en attendant la suite…

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>