Toriko – Tome 21

TORIKO 21

Auteur : Mitsutoshi Shimabukuro

Genre : Shonen, Nekketsu, Cuisine

Année de première publication au Japon : 2008

Date de sortie en France : 14 Janvier 2015

Nombre de tomes : 32 au Japon (série en cours), 21 en France

Éditeur japonais : Shueisha

Éditeur français : Kazé

Synopsis :

Après avoir réussi à se faire confectionner un rouleau porte bonheur au prix de nombreux voyages en quêtes de ses ingrédients, Toriko et Komatsu tentent de se rendre au temple du Bois Gourmet afin de trouver le fameux Bubble Fruits, le trésor de ce lieu. En chemin, leur périple est interrompu et nos amis tombent sur Chin ChinChin qui n’est autre que le maitre du temple du bois Gourmet, l’un des quatre trésors nationaux. Celui ci leur explique que pour mettre la main sur le Bubble Fruits, il est impératif de maitriser la « voie Gourmet ». Un entrainement de long haleine attend donc nos deux amis…

Mon avis :

Depuis quelques tomes, ce manga commençait à tourner en rond avec une succession de petits histoires courtes sur des quêtes d’ingrédients anecdotiques. Cela rendait l’intrigue insipide, inodore et sans saveur , comme de l’eau. Ouf , l’arrivée de ce tome tombe donc à pic ! Enfin un nouvel arc travaillé et typiquement de la trempe d’un bon shonen. L’entrainement de Toriko et Komatsu est passionnant à suivre (oui, Komatsu est aussi de la partie) avec une marge de progression intéressante, nous laissant imaginer toute l’étendue et la subtilité que cela peut amener par la suite. Même si j’aurais aimé un peu plus de complexité dans son dénouement, que j’ai trouvé un poil trop facile … Par contre l’arrivée en fin de tome de nouveaux (et anciens) personnages inquiétants et badass font terminer cet ouvrage sur un cliffhanger dantesque, qui ne nous donne qu’une envie c’est de dévorer la suite !

Au niveau du style, Shimabukuro-Sensei maitrise toujours son style nekketsu, avec une utilisation des trames fort réussie, des décors et des personnages détaillés, et des descriptions de mets culinaires toujours aussi savoureuses. L’auteur n’hésite pas également à faire un petit clin d’oeil à l’un des plus grands shonen de tous les temps à la fin de ce tome. J’aurai juste un bémol à émettre sur le manque d’originalité concernant la création de certains nouveaux personnages qui ressemblent étrangement à d’autres vus précédemment, ce qui peut engendrer une certaine confusion à la lecture de l’ouvrage.

Concernant l’adaptation française et son parti pris concernant la traduction de certains termes et ingrédients, celle ci se révèle intelligente et apporte une bonne cohérence à l’ensemble. La lecture de cet ouvrage se fait donc dans de bonnes conditions et ce dans le respect de l’oeuvre originale.

Ce tome 21 de Toriko, nous laisse donc plein d’espoir quant à la suite de l’aventure Gourmet. Espérons donc que cela ne retombe pas comme un soufflet à l’avenir, car si cette série continue sur ces bases, elle peut tout à fait devenir une véritable madeleine de proust.

Itadakimasu !

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>